Mes cheveux et moi…

Nous deux  ça a toujours été une histoire  »active » lol.
Oh oui active.

J’avais les cheveux crépus tout mon primaire,je me suis défrisé au cours de ma première année collège, pour ma première communion si je me rappelle bien.
Je me rappelle toute l’excitation que je ressentais a l’idée du défrisage.

J’ai adoré défriser mes cheveux, mes lamentations,pleures etc quand je devais me tresser allaient ENFIN cesser.

En troisième,j’ai coupé mes tifs de nouveau… En ce moment le retour au naturel n’avait pas autant  »d’ampleur ». j’étais juste une fille comme beaucoup d’autres en ce moment qui arborait ses cheveux naturels courts.

Faut dire que je n’ai pas choisi de me les couper en ce moment.

Lire la suite

Des dessous de bras avez vous dit?

« Coiffée comme un dessous de bras…elle ne ressemble plus à rien »
Voici ce que le magasine Public a dit pour illustrer une photo de Solange Knowles.

Je ne voulais pas écrire sur la chose,Dieu m’en est témoin mais je ne pouvais finalement  m’en empêcher.

Chaque jour des filles/femmes aux cheveux naturels sont obligées de subir des remarques désobligeantes à propos de leur coiffure.

Cette comparaison qu’a fait ce torchon magasine n’est pas « OK » ,ce n’est même pas « JUSTE UNE COMPARAISON » mais une insulte. Non seulement à Solange mais à nous ces femmes nappy qui portons nos cheveux comme ça.

C’est encouragé « les gens » à nous dire que les cheveux afro ne sont pas jolis,qu’ils doivent être porter de telle manière ou de telle autre pour que la société les trouve « présentable » .

On nous dit que porter librement notre afro c’est être coiffer comme des dessous de bras;que c’est ne ressembler à rien. C’est ça 2015? bah bravo.

Perso je ne suis pas fâché,non je suis triste. Triste du niveau de bêtise.

ON n’a pas à nous dire que nos cheveux font négligés,on n’a pas à nous dire comment porter notre afro ,on n’a pas à nous dire qu’on ne ressemble à rien avec nos cheveux naturels ,apprenez à respecter nos cheveux afro ,porter notre afro librement ne fait en rien négligé,nous sommes belles avec notre chevelure afro…: c’est en gros ce que les nappy de partout dans le monde avons essayées de faire passer comme message à travers les hashtags TWITPICYOURCHEVEUXCREPUS ET TWITPICYOURAFRO .

Des photos justes MAGNIFIQUES de centaines de femmes aux cheveux naturels portant fièrement leurs afros.

( MERCI à la personne instigatrice du hashtag) …

  » One has NO right  to say that our hair is neglected, one do not have to tell us how to rock our afro hair , one does not have to tell us that we look like « nothing » with our natural hair, learn to respect our afro hair, wearing our afro in a wild way is not a neglected style, we are beautiful with our afro hair … : that’s basically what we nappy around the world have tried to pass off as message across the TWITPICYOURCHEVEUXCREPUS AND TWITPICYOURAFRO hashtags .
BEAUTIFUL pictures of hundreds of women proudly wearing their  afros. »

It’s ALLways about MONEY…

Bonjour, bonsoir chez vous…

lol pardon laissez moi rire avant d’entamer…

De mes efforts pour sortir sans ressembler à une folle…

Vous savez je suis nappy, et le truc avec nous* c’est que pour avoir une tête « acceptable » il faut s’y prendre tôt, oui très tôt. Hors j’étais là peinarde ce matin à tweeter au lieu de faire ma coiffure; résultat : pour sortir j’étais dans « pain » comme on dit, je ressemblais a rien avec mes braids tressés en désordre, que faire? Je me suis dis j’allais attacher un foulard.

*Cherche dans ses affaires un foulard*

Le malheur* n’arrivant jamais solo je ne retrouve aucun foulard.

Bravo moi, Il faut bien que je sorte faire mes courses. C’est ainsi que je me surprend a faire le tour de ma tête avec ma  jupe noire . Un , deux, trois et HOP voilà qui est fait. On pourrait presque confondre avec un foulard.

Ceci de fait je ne ressemblais toujours pas à grande chose, j’ai du miser sur la tenue mais aussi sur le make up.

HERE WE GO, je suis prête.

Lire la suite

Un blog de plus:c’est MON blog…

Je regarde mon téléphone, j’arrive à lire avec mes yeux endormis 0hr47! Je décide d’aller au lit, la journée a été longue, normale que je sois fatiguée! Je regagne mon lit toute somnolante mais avant de dire mes prières et de me glisser sous les draps, je décide de faire un tour vite fait sur twitter.
Le tour « vite fait » se prolonge, c’est ainsi que plus d’une heure après j’étais toujours là à fouiner quand je tombe sur le lien d’un article d’un compatriote blogueur. Interpellée par le titre, je clique sans hésitation sur le lien et c’est a peine en 3min que je dévore les quelques lignes qui composaient l’article. Je me suis dis: « mais tiens ma chère ça fait un bon bout de temps que tu aurais aimée être celle qu’on lit en ce moment, que ce soit le lien de ton article qu’un lecteur suive là ».

En effet, j’aime lire et écrire. C’est depuis mes années collège, quand je tenais mon journal intime que j’ai eu pour la première fois cette envie de tenir aussi un ‘journal public’ pour parler de tout et de rien. Mais a cette époque il faut dire que je manquais cruellement de confiance en moi, donc j’ai abandonné l’idée.
Ensuite j’ai découvert Facebook, cette plate forme qui répondait en ce moment là à mes « besoins ». Je pouvais y poster ce que je voulais, quand je le voulais et de la manière dont je le voulais. Puis Facebook a voulu me changer, j’ai désactivé mon compte. Au même moment une amie me conseillait* twitter, me connaissant elle savait que j’avais plus que besoin de mon* espace d’expression. J’ai donc créé mon compte twitter, et depuis, que du bonheur; du moins en gros, je ne me plains pas de twitter (pour le moment). J’y ai découvert des personnes juste magnifiques, je fais des découvertes/expériences extraordinaires au quotidien, j’en apprends des choses… Mais la pie que je suis n’est plus a l’aise avec les 140 caractères. Beaucoup de mes followers (twittos) et amis ont réclamés que je tienne un blog; j’ai toujours voulu en tenir un; et la femme en construction que je suis, n’étant plus la petite fille en manque de confiance: voici qu’elle se lance enfin dans le bloging*.

Lire la suite